Acceuil

Le chauffeur de bus français Philippe Monguillot décède après une attaque contre les règles du masque

Philippe Monguillot, 59 ans, a perdu la tête après l’attaque dans la ville de Bayonne, dans le sud-ouest du pays, le 5 juillet. Sa famille a décidé de couper son soutien vital vendredi, a rapporté l’agence de presse Agence France-Presse.

“Nous avons décidé de le laisser partir. Les médecins étaient favorables et nous l’étions aussi”, a expliqué à l’AFP la fille de la victime, Marie Monguillot, âgée de 18 ans.

Quatre hommes ont été arrêtés et inculpés après l’agression.

Une photo de Philippe Monguillot et de son épouse, Véronique Monguillot, lors d'une marche à Bayonne le 8 juillet.

L’attaque a eu lieu dimanche vers 19 h 15. dans le bus 810 en direction de Biarritz après que le chauffeur a vérifié le billet de l’un des hommes et a demandé à tous les quatre de porter des masques, qui sont obligatoires dans les transports publics français, selon le parquet.

Mercredi, la famille de Monguillot a organisé une marche en son honneur, avec tous les participants vêtus de blanc.

Premier ministre Castex a confirmé la mort de Monguillot sur Twitter vendredi soir, écrivant que l’affaire avait “touché nos cœurs”.

“La République le reconnaît comme un citoyen exemplaire et ne l’oubliera pas. La loi punira les auteurs de ce crime ignoble”, écrit-il, qualifiant l’attaque de “lâche”.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a également exprimé ses condoléances aux amis, à la famille et aux collègues de Monguillot.

“Cet acte odieux et lâche ne doit pas rester impuni. Je me rendrai demain à Bayonne pour faire un point de sécurité dans la ville avec les représentants de l’État et rencontrer les chauffeurs des transports publics et les syndicats”, a-t-il écrit sur Twitter.

La société pour laquelle Monguillot travaillait, Keoilis, a renforcé la sécurité de ses employés, déployant des gardes sur certains de ses services de bus dans la région.

L’entreprise a tenu une minute de silence mercredi dans ses bureaux et sur ses réseaux de transport en deuil pour Monguillot.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page