Sports

Grosjean “choqué” par le moteur Ferrari

Les difficultés de Ferrari en ce début de saison ne pénalisent pas que l’écurie italienne. Haas est également touché directement. Pour le plus grand malheur de Romain Grosjean. 

Après la régalade, la déception… Ferrari s’est manifestement raté. Le bloc propulseur du constructeur italien n’est pas au niveau et ça se voit. Mattia Binotto, le responsable de l’écurie, l’a aisément reconnu la semaine dernière, en marge de l’épisode 1 du Grand Prix d’Autriche. Comment faire autrement alors que le déficit de puissance est criant et qu’il y aurait 7 dixièmes de débours en ligne droite par rapport au bloc Mercedes ?

Un gros raté, encore plus flagrant lors des qualifications lorsque toute la puissance est exigée, également valable pour les écuries clientes, dont Haas fait partie. « Depuis les essais hivernaux, on sait que lorsqu’on passe en mode qualifs, ça ne pousse pas autant que l’an dernierC’est sûr que nous sommes en difficulté dans les lignes droites. Cela nous a vraiment choqués en qualifications, pas tant en course, mais le samedi il y avait une grosse différence », a reconnu Romain Grosjean cité par F1i.

Engluées en queue de peloton, les Haas doivent de surcroît composer avec de gros problèmes de freins. Ils avaient d’ailleurs abandonné tous les deux dimanche dernier, avec notamment un gros accident pour Kevin Magnussen dont les freins avaient lâché en bout de ligne droite… Malheureusement pour eux, le calvaire ne fait que commencer.

Lire aussi:
Toute l’actu de la F1
Deux Grands Prix de plus au calendrier
Alonso dévoile les raisons de son retour chez Renault

Trulli

Précédent
Suivant

  • 1/10

    20e: Bobby Charlton

    Les fans de Premier League et notamment de Manchester United n’ont probablement pas vu Sir Robert Charlton à l’oeuvre mais tous ont bien compris qu’il s’agissait d’une légende. Il est tout simplement le numéro 10 de la sélection anglaise qui a remporté la Coupe du monde 66 contre l’Allemagne de l’Ouest (4-2, ap). Il était déjà la grande star des Red Devils a remporté la Coupe des clubs champions deux ans plus tard.

  • 2/10

    19e: Lev Yashin

    “L’Araignée noire” Lev Yashin est évidemment le seul et unique gardien à avoir remporté le Ballon d’or. C’était à une autre époque, en 1963, mais le portier du Dynamo Moscou et de l’équipe d’URSS a révolutionné le jeu de gardien de but en étant un leader de défense.

  • 3/10

    18e: Ronaldinho

    Ronaldinho, dit «Ronnie», l’un des grands artistes du football moderne. Après ses deux années au PSG et un sacre à la Coupe du monde 2002, le talentueux dribbleur a évidemment fait le bonheur de tous les fans de football en évoluant au FC Barcelone. Il a été Ballon d’or en 2005 avant de gagner sa seule Ligue des champions l’année d’après.

  • 4/10

    17e: Marco van Basten

    L’un des buteurs les plus emblématiques de l’histoire du football. Van Basten est triple Ballon d’or (1988, 1989, 1992), ce qui résume bien son impact à l’AC Milan, avec qui il a remporté 2 fois la Coupe des clubs champions, et en sélection néerlandaise, puisqu’il a remporté l’Euro 88 en finissant meilleur buteur de la compétition.

  • 5/10

    16e: Eusebio

    Eusebio da Silva Ferreira est l’un des meilleurs footballeurs de l’histoire: champion d’Europe avec le Benfica en 1962, Ballon d’or en 1965, meilleur buteur de la Coupe du monde 1966 avec un Portugal 3e ou encore premier Soulier d’or de l’histoire en 1968. Sacrée «Panthère noire» !

  • 6/10

    15e: Ferenc Puskas

    Une légende, une vraie. Ferenc Puskas a fait l’histoire du Real Madrid, il était le meilleur joueur d’une équipe championne d’Europe à 3 reprises (1959, 1960, 1966). En sélection, il a emmené la Hongrie jusqu’en finale de la Coupe du monde 1954 en étant nommé meilleur joueur du tournoi.

  • 7/10

    14e: George Best

    Une star, une pop-star même, puisqu’il a été surnommé un jour le «5e Beatles» par la presse anglaise ! George Best, ailier inarrêtable, était le meilleur joueur d’Europe lorsqu’il a emmené Manchester United au sacre en Coupe des clubs champions en 1968. Le Nord-Irlandais n’a néanmoins disputé aucune grande compétition avec son pays.

  • 8/10

    13e: Romario

    L’attaquant moderne par excellence, un exemple à suivre encore aujourd’hui. Romario fait partie des meilleurs footballeurs de l’histoire, cela ne fait aucun doute. Il a été élu meilleur joueur de la Coupe du monde 1994, que le Brésil a évidemment remportée. Et a fait partie de la mythique Dream Team de Johan Cruyff au FC Barcelone, avec qui il n’a toutefois pas remporté la «Champions».

  • 9/10

    12e: Garrincha

    Manuel Francisco dos Santos, dit Mané Garrincha, que l’on présente comme le premier grand dribbleur de l’histoire du football. Il a ainsi remporté la Coupe du monde en 1958 et 1962 avec la Seleçao et les Brésiliens le considéraient à l’époque comme meilleur que son jeune coéquipier Pelé. C’est lui qui a été élu meilleur joueur du Mondial au Chili en 62.

  • 10/10

    11e: Gerd Müller

    C’est Gerhard Müller qui échoue au pied du top 10, lui qui fait partie des buteurs les plus prolifiques de l’histoire du ballon rond. «Der Bomber» a été élu Ballon d’or en 1970, après avoir marqué 10 buts au Mundial mexicain. C’est ensuite qu’il a remporté l’Euro 72 et la Coupe du monde 74 avec la Mannschaft ainsi que la Ligue des champions à 3 reprises avec le Bayern en 1974, 1975 et 1976. Il a fait une saison incroyable à 66 buts en 1973 !


 

 


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page