Economie

Le Royaume-Uni présente un plan de relance de 33 milliards d’euros

Rishi Sunak, le chancelier de l’Echiquier britannique, a présenté mercredi 8 juillet un grand plan de relance, dont la facture s’élèvera « jusqu’à 30 milliards de livres » (33 milliards d’euros). Prime de retour à l’emploi, baisse de la TVA pendant six mois sur les hôtels, bars et restaurants, aide à l’isolation des maisons, cadeau fiscal sur les achats immobiliers, système de rabais pour tous dans les restaurants… Les mesures se veulent très concrètes et presque immédiates, la plupart arrivant à échéance début 2021.

Le Royaume-Uni est l’une des économies les plus touchées par le confinement, qui a été plus long qu’ailleurs. L’Angleterre n’a rouvert ses pubs et restaurants que le samedi 4 juillet, tandis que l’Ecosse et le Pays-de-Galles ne l’ont pas encore fait. La récession sera de l’ordre de -10 % (- 0,2 % selon le FMI, -11,5 % selon l’OCDE), parmi les pires pays avec la France, l’Italie et l’Espagne.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Royaume-Uni, l’horizon économique ne cesse de s’obscurcir

Le gouvernement britannique a réagi en présentant parmi les plans d’aides les plus interventionnistes au monde, avec des mesures totales équivalant à 25 % du PIB avant même le plan du mercredi 8 juillet, selon les calculs de BNP Paribas (contre 47 % en Allemagne, 21 % en France et 15 % en Espagne). La première étape a consisté à maintenir l’économie à flot pendant le confinement, en créant un système de chômage partiel et en multipliant les versements de liquidités aux entreprises. Mercredi, M. Sunak a dévoilé une deuxième étape, qui a une priorité : maintenir l’emploi. Une troisième étape, dédiée à la reconstruction de l’économie, sera présentée plus tard, sans doute à l’automne.

Fin du chômage partiel en octobre

« Je n’accepterai jamais que le chômage soit inévitable », a expliqué M. Sunak devant une chambre des communes à moitié vide, pour cause de distanciation sociale. Pour cela, il confirme – et ce n’est pas un mince paradoxe – la fin du système de chômage partiel en octobre.

Le gouvernement britannique va offrir aux entreprises une prime de 1 000 livres par employé qu’ils reprennent avant fin janvier

Ce système, qui n’existait pas au Royaume-Uni avant la pandémie et couvre 80 % du salaire, est actuellement utilisé par 9,4 millions de personnes. « Mais la vérité est que demander son extension permanente serait irresponsable, poursuit le chancelier. (…) Cela donnerait de faux espoirs à des gens qui penseront qu’ils pourront retourner à leur emploi. Et plus les gens sont longtemps au chômage partiel, plus ils risquent de perdre leurs compétences et plus ils auront du mal à retrouver une nouvelle chance ailleurs. »

Il vous reste 41.31% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page