Economie

le gouvernement dénonce un plan social « inacceptable en l’état »

Manifestation contre les suppressions de postes chez Nokia, le 8 juillet, à Paris.

« Ce plan est inacceptable en l’état », a dénoncé, mercredi 8 juillet, la nouvelle ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, dans un tweet lapidaire à l’encontre de l’équipementier finlandais des télécoms Nokia, qui prévoit de supprimer 1 233 emplois en France.

« Nous sommes aux côtés des salariés et des élus pour pousser l’entreprise dans ses retranchements », a-t-elle ajouté, à l’issue d’une rencontre avec la délégation intersyndicale de Nokia, accompagnée par Eric Bothorel, député LRM des Côtes-d’Armor.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La seconde vague, celle des plans sociaux, touche la France

Des suppressions de postes à Lannion et Nozay

L’équipementier télécoms prévoit de supprimer 1 233 postes, dont 402 à Lannion (Côtes-d’Armor) et 831 à Nozay (Essonne), en 2021, dans le cadre d’un plan de départs volontaires et avec « des solutions de reclassement », selon la direction.

« Dégoûtés » car « trahis », plusieurs centaines de salariés – 950, selon la police –, dont une délégation venue en force de Lannion, ont défilé, mercredi, au son de binious à Paris à l’appel de l’intersyndicale (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment Nokia a court-circuité la Silicon Valley bretonne

Pour Eric Bothorel, « Nokia se moque du monde », en annonçant son « plan à la limite exacte de l’engagement qu’ils avaient pris il y a quatre ans de ne pas licencier et même d’embaucher dans la recherche, qui expirait en juin ».

A l’image de la manifestation des salariés français de Nokia, plusieurs milliers de personnes ont aussi défilé à travers la France pour dénoncer les menaces pesant sur leurs emplois, comme les employés de l’avionneur Airbus à Toulouse, ceux du groupe aérien Hop, filiale d’Air France, à Morlaix, ou encore des employés du groupe pharmaceutique Sanofi à Paris.

Le ministère du travail a annoncé, mercredi, que le nombre de suppressions d’emplois envisagées dans des plans sociaux depuis le 1er mars était deux fois supérieur à celui de la même période en 2019 (27 053 postes, contre 13 033).

Le Monde avec AFP




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page