Sports

Trois propositions pour aider l’OM à trouver son “Head of football”

L’Olympique de Marseille n’a plus de directeur sportif depuis le 14 mai dernier, et doit désormais trouver un homme compétent le plus rapidement possible, pour reprendre en main les affaires courantes. Selon toute vraisemblance, la perle rare est difficile à débusquer, mais eu égard au profil recherché, trois candidats pourraient postuler.

Pour l’heure, l’organigramme de l’Olympique de Marseille présente un vide à combler. Il y a bien un propriétaire (Frank McCourt), un président (Jacques-Henri Eyraud), un directeur général (Hughes Ouvrard) et un entraîneur (André Villas-Boas). Oui mais voilà, depuis le 14 mai dernier et l’officialisation du départ d’Andoni Zubizarreta, le fauteuil de directeur sportif reste à pourvoir. Encore que, c’est désormais un «Head of football» que recherchent les Phocéens, après avoir nommé un «Head of Business» il y a peu, donc.

«Head of football», qu’est-ce que c’est ?

La différence essentielle entre ces deux postes réside dans le domaine de compétences, bien plus large pour un directeur du football que pour un simple directeur sportif. Le nouvel arrivant devra être capable d’endosser toutes les responsabilités du marché des transferts, en accord avec le coach évidemment, et savoir aussi bien vendre qu’acheter. En parallèle, il devra avoir un regard expert sur la formation, apprécier le travail mis en place par le directeur Nasser Larguet, et travailler en collaboration avec lui pour mettre en place en vrai tremplin entre les équipes de jeunes et le secteur professionnel. Il devra aussi exceller en matière de management, et rester omniprésent auprès de la vitrine qu’est l’effectif de l’équipe première, être à l’écoute du vestiaire, gérer les fins de contrat, …

Miser sur un profil inexpérimenté, c’est possible à l’OM ?

Celui que l’OM cherche encore devra donc disposer d’un éventail d’atouts forcément très rares à ce niveau, ou alors à des prix inaccessibles pour les finances olympiennes. Ou bien ces hommes sont déjà en poste au sein de formations bien plus puissantes et ambitieuses que l’OM… Voilà qui parsème la route vers ce recrutement idéal de nombreuses embûches. Les pensionnaires du stade Vélodrome ne devraient-ils pas, dès lors, donner sa chance à un profil présentant de vraies qualités potentielles dans ce secteur, sans pour autant avoir encore fait ses preuves ?

Luyindula taillé pour l’OM ?

L’idéal, à l’échelle marseillaise, serait que cet oiseau rare soit un ancien joueur du club, qu’il ait aussi réussi à se faire un nom à l’échelle internationale, et qu’il inspire le respect au vestiaire. A ce titre, l’Egyptien Mido aurait pu concourir, lui qui a par ailleurs fréquenté l’Ajax Amsterdam et sa politique de formation reconnue internationalement. Mais pour ce qui est des autres qualités espérées… Pourquoi pas Péguy Luyindula dans ce cas ? L’ex-attaquant a joué à Lyon, au PSG, mais aussi à Marseille, a eu une carrière internationale, et est désormais directeur sportif du DFCO. Il pourrait bien se montrer capable de franchir une nouvelle étape dans sa carrière, et s’attaquer au gros morceau phocéen

Cantona, le coup de folie de l’OM ?

Dans un autre registre, comment ne pas songer à Eric Cantona ? «The King» est né à Marseille. Même s’il ne porte pas forcément l’OM dans son coeur, son nom est connu de tous les footballeurs d’aujourd’hui, ses exploits sont reconnus, et son caractère bien trempé inspire le respect. Le Mancunien d’adoption n’est pas homme à se laisser marcher sur les pieds, et ce pourrait malheureusement être un défaut dans le cadre d’un poste de «Head of football», où il faut aussi savoir mettre de l’eau dans son vin, avoir une main de fer dans un gant de velours, gérer les égos, … Cantona n’est pas vraiment réputé pour sa capacité à faire du politiquement correct, et serait de toute façon très difficile à convaincre de revenir dans le milieu du ballon rond.

Flamini et l’OM, les retrouvailles ?

Il est un homme qui pourrait rassembler les qualités nécessaires. Il a aujourd’hui 36 ans, est né à Marseille, a été formé chez les Ciel et Blanc, y a découvert le niveau professionnel avant de partir porter les couleurs de grands clubs européens comme Arsenal ou l’AC Milan, a fréquenté l’équipe de France A, et est aussi un entrepreneur de tout premier plan. Ses investissements dans la biochimie lui ont apporté une réussite financière supplémentaire, et une expérience extra-football non-négligeable. Son nom : Mathieu Flamini.

Lire aussi :

Un ancien de l’OM pour le poste de directeur sportif ?
Vente de l’OM : Des signes qui ne trompent pas
Pourquoi McCourt ne vendra pas l’OM


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page