Acceuil

L’Iran délivre un mandat d’arrêt contre Trump pour une frappe de drone qui a tué Qasem Soleimani

Trump est l’une des 36 personnes pour lesquelles l’Iran a émis des mandats d’arrêt concernant la mort de Qasem Soleimani, commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), selon Fars, mais le procureur général de Téhéran, Ali Alqasi Mehr, a déclaré que Trump était au sommet de la liste.

Mehr a affirmé que Trump serait poursuivi dès qu’il quitterait sa présidence après la fin de son mandat, a rapporté Fars.

L’Iran a également déclaré qu’il avait demandé à Interpol d’émettre une notice rouge pour ces 36 personnes, a rapporté l’agence de presse semi-officielle ISNA, bien qu’il soit peu probable qu’Interpol accède à la demande.

Dans une déclaration à CNN, Interpol a déclaré qu’elle “ne prendrait pas en considération les demandes de cette nature”. Il a expliqué qu’il n’était pas conforme à ses règles et à sa constitution, qui stipule “qu’il est strictement interdit à l’organisation d’entreprendre toute intervention ou activité à caractère politique, militaire, religieux ou racial”.

«Cascadeur politique»: un responsable américain

Le représentant spécial américain pour l’Iran, Brian Hook, a qualifié cette décision de “coup dur politique” lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, lundi.

“C’est de la propagande à laquelle nous sommes habitués”, a expliqué Hook. “Cela n’a rien à voir avec la sécurité nationale, la paix internationale ou la promotion de la stabilité, nous le voyons donc pour ce qu’il est – c’est un coup de propagande que personne ne prend au sérieux et rend les Iraniens stupides”, a-t-il ajouté.

Soleimani a été tué lors d’une frappe de drones américains à l’aéroport international de Bagdad en janvier avec cinq autres personnes, dont Abu Mahdi al-Muhandis, chef adjoint des Forces de mobilisation populaire irakiennes (PMF) soutenues par l’Iran.

La frappe, condamnée par l’Iran et ses alliés comme un “assassinat”, a fait monter le spectre nouvelle déstabilisation régionale.

Un porte-parole de la justice iranienne, Gholam-Hossein Esmaili, a annoncé début juin qu’un citoyen iranien avait été condamné à mort pour avoir prétendument travaillé pour des agences de renseignement étrangères. Esmaili a affirmé que Seyed Mahmoud Mousavi Majd avait révélé où se trouvait Soleimani aux responsables du renseignement américain.

Barr et Pompeo déplacent la justification de la grève contre l'Iran de `` imminente '' menace de dissuasion

L’administration Trump considérait Soleimani comme un tueur impitoyable, et le président a déclaré aux journalistes en janvier que le général aurait dû être éliminé par les précédents présidents.

Le Pentagone a accusé Soleimani de la mort de centaines d’Américains et d’alliés américains dans les mois précédant son assassinat.

“Le général Soleimani développait activement des plans pour attaquer les diplomates américains et les militaires en Irak et dans toute la région”, avait alors déclaré le Pentagone, qualifiant la grève d’action “défensive décisive” visant à décourager les futures attaques iraniennes.

Sharon Braithwaite de CNN a contribué à ce rapport.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer