Auto-Moto

Et si la DS9 était rebadgée Chrysler ? (fusion PSA/Fiat-Chrysler)


Et si la DS9 était rebadgée Chrysler ? (fusion PSA/FCA) – A l’approche de la fusion entre les deux géants de l’automobile, les paris vont bon train s’agissant des synergies qui pourraient voir le jour. Chrysler, aujourd’hui propriété de Fiat, tombera dans l’escarcelle du groupe franco-italien, fin 2020. Quel avenir peut-on prêter à l’ancien fleuron d’outre-Atlantique, dans les prochaines années ?

Carlos Tavarès, actuellement à la tête de PSA l’a juré : cette fusion n’occasionnera aucune disparition de marque, parmi la future constellation qui n’en comptera pas moins de treize. Dont certaines en grande difficulté comme Lancia, Alfa Romeo ou encore Chrysler. Le célèbre Pentastar, figure emblématique de l’industrie américaine avant les années 2000, n’est plus que l’ombre de lui-même depuis de nombreuses années.

Seulement deux modèles au catalogue

Si Fiat a largement investi dans Jeep, Dodge ou RAM, au pays de l’Oncle Sam, Chrysler s’est vu totalement délaissé par les Italiens. Il suffit de jeter un oeil à la gamme du constructeur, qui ne compte plus que deux modèles, dont un monospace (Pacifica) lancé en 2017, et une berline (300) totalement hors d’âge. Si cette dernière accuse 9 années au compteur, elle est elle-même une extrapolation d’un modèle lancé en 2004. Le plus inquiétant dans l’histoire est qu’aucun SUV ne figure au catalogue de Chrysler. C’est dire si le prestigieux label a perdu de sa superbe, au point d’être considéré comme à l’abandon.

Remplacer un paquebot long de 5 mètres

Dès lors, de quelle marge de manoeuvre disposera Carlos Tavares pour relancer Chrysler, lorsqu’il en aura pris les commandes ? Pour parer au plus urgent, il devra probablement s’employer à remplacer la 300, sur la base d’un modèle existant au sein du groupe. Malheureusement, le soubassement s’en rapprochant le plus en termes de gabarit (5 mètres de long) est celui d’une certaine Maserati Ghibli, bien trop coûteux pour servir le dessein de l’Américaine. Quant à la plate-forme « Giorgio » de l’Alfa Romeo Giulia (4,64 m), elle paraît difficilement extensible pour atteindre une longueur décente.

La DS9 à la rescousse ?

La solution pourrait alors venir du groupe PSA, fort de son soubassement EMP2. C’est lui qui, aujourd’hui, parait le mieux à-même de voler au secours de la Chrysler 300. Et plus particulièrement la récente DS 9, nouveau porte-étendard du groupe français qui s’étend sur 4,93 m. Mais il faudrait alors que la yankee renonce à ses blocs V8 développant plus de 400 ch. Elle se contenterait d’un 4-cylindres accolé à un moteur électrique pour cumuler 360 ch hybrides rechargeables, davantage dans l’air du temps.

Quel lieu de production ?

Bien évidemment, il ne s’agit là que de suppositions, mais l’on verrait bien la nouvelle DS9 prêter ses entrailles à une future berline badgée Chrysler. Cela permettrait notamment à la Française d’amortir ses coûts de production. Seul hic : la DS9 sera prochainement assemblée exclusivement en Chine, son marché de prédilection. Quid de l’image d’une berline américaine qui serait produite dans l’Empire du milieu, auprès d’une clientèle US réputée conservatrice ? L’avenir nous le dira.

L’actualité des groupes PSA et FCA :

Future Fiat Punto (2022) : un come-back sur base Peugeot 208 ?

Un SUV Alfa Romeo sur base Peugeot 2008 en 2022 ?

Rapprochement entre PSA et FCA : ce qu’il faut savoir


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page