Economie

Celio demande à être placé sous procédure de sauvegarde

Fondée en 1978, l’enseigne Celio se présente comme leader de son secteur depuis trente ans, avec environ 6 % de parts de marché en France.

La liste des enseignes de mode fragilisées par la crise liée au coronavirus s’allonge. Celio, leader du marché masculin en France, a demandé, lundi 22 juin, au tribunal de commerce de Bobigny à être placé sous procédure de sauvegarde. La chaîne, qui emploie plus de 4 000 personnes dans le monde, explique que « la fermeture brutale pendant deux mois de ses 1 585 magasins (…) a entraîné une perte de chiffre d’affaires pour le groupe de près de 100 millions d’euros entre mars et mai 2020 ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec les « gilets jaunes », les grèves et la crise sanitaire, le secteur de l’habillement exsangue

Comme d’autres de ses concurrents, à la suite de la fermeture des magasins d’habillement pour respecter les mesures de confinement prises pour lutter contre la propagation du virus et l’absence de recettes en découlant, Celio est confrontée à une sévère crise de trésorerie. Et manifestement elle n’a pas pu accéder au crédit.

« Se donner du temps »

« N’ayant pu trouver un accord avec ses partenaires bancaires, Celio a décidé de placer la société Celio France ainsi que sa maison mère Celio International sous la protection du tribunal de commerce avec l’ouverture de procédures de sauvegarde », souligne l’enseigne détenue par ses fondateurs, les frères Laurent et Marc Grosman. Grâce à cette procédure qui suspend les paiements de ses dettes, l’entreprise dont le chiffre d’affaires atteint 800 millions d’euros dit espérer « préserver sa trésorerie pendant les prochains mois afin de se donner du temps dans la reprise de l’activité commerciale et d’adapter la transformation déjà engagée » en 2019.

Les difficultés du groupe en France, son premier marché, ne sont pas nouvelles. L’enseigne avait déjà toiletté son réseau de magasins en fermant une vingtaine de points de vente en 2018 et en 2019 dans l’Hexagone et mené un plan social en 2015, portant sur quinze postes au sein de son siège situé à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). La marque exploite aujourd’hui 488 magasins dans le pays. Par communiqué, Gaëlle de la Fosse, présidente de Celio depuis février 2019, assure cependant que l’entreprise présente dans 46 pays est en capacité de « surmonter cette crise ». En France, le distributeur fondé en 1978 détient une part de marché de l’ordre de 6 % des ventes de vêtements masculins.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A la peine en France, Celio veut changer d’image pour se relancer


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page