Economie

« Où trouver 25 milliards d’euros pour rénover 700 000 logements chaque année ? »

Tribune. L’Union européenne (UE) et les Etats vont injecter des sommes colossales pour relancer l’économie suite à cette crise pandémique. C’est l’opportunité d’une reconstruction économique qui soit écologique. La construction d’une économie écologique, à même de respecter l’accord de Paris et préserver la biodiversité, nécessite plus de 1 115 milliards d’euros par an entre 2021 et 2030. Ce sont les chiffres de la Cour des comptes européenne, qui précise que cela représente un effort annuel supplémentaire d’au moins 300 à 400 milliards compte tenu de ce qui se fait déjà. En dix ans, il nous faut donc trouver un minimum de 3 000 milliards d’euros pour financer une réelle politique de reconstruction écologique.

L’investissement dans la transition écologique est un levier important pour relancer l’économie et l’emploi. La rénovation énergétique du bâtiment, second émetteur de gaz à effet de serre en France, en est le meilleur exemple. D’ici 2050, il faut rénover 21,5 millions de logements au niveau du label « Bâtiment basse consommation », soit 700 000 par an, alors que les pouvoirs publics n’envisagent que 540 000 rénovations par an entre 2020 et 2030 (PPE), et en réalisent beaucoup moins.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les trente propositions de l’Agence internationale de l’énergie pour une relance favorable au climat

Pourtant, agir conduirait à éradiquer la précarité énergétique, ramenant ainsi un minimum de salubrité et de confort dans des logements, à créer 200 000 emplois pérennes et non délocalisables, à réduire le déficit commercial et à transformer des dépenses d’énergie en financement local d’autres activités créatrices de richesses. Ce défi impose d’abandonner les politiques d’incitation menées en Europe, dont les résultats sont insuffisants (l’Allemagne ne rénove que 3 % de ce qu’elle devrait rénover chaque année) et de s’orienter vers une politique d’obligation à mener des rénovations complètes et performantes.

Les défis de la politique du logement

Pour que cette obligation soit acceptable par les usagers, il y a trois conditions :

  • chaque ménage doit bénéficier d’un financement total de sa rénovation, quels que soient ses revenus, assorti toutefois de certains plafonds raisonnables ;

  • il faut un vrai guichet unique. Le financement des opérations est aujourd’hui trop complexe et beaucoup de ménages abandonnent leur projet ;

  • le ménage doit gagner de l’argent dès la première année dans la majorité des cas.

Aux coûts actuellement observés pour des opérations très performantes, la facture s’élèverait à quelque 25 milliards d’euros par an pour rénover 700 000 logements par an.

Il vous reste 57.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page