Economie

La dette publique française s’élève à 101,2 % du PIB au premier trimestre

La dette publique française s’est établie fin mars à 101,2 % du produit intérieur brut (PIB), soit 2 438,5 milliards d’euros, en hausse de 3,1 points par rapport à fin décembre. C’est la plus forte augmentation trimestrielle depuis le deuxième trimestre de 2009, a annoncé l’Insee, vendredi 19 juin.

Cette hausse exceptionnelle provient notamment de « la baisse de l’activité au premier trimestre liée à la crise sanitaire et [des] mesures de soutien aux entreprises et aux ménages », comme le chômage partiel et le report des cotisations patronales, qui sont venues grever les comptes des administrations de sécurité sociale, explique l’Insee.

Lire aussi Des lueurs d’optimisme pour l’économie française : le diagnostic de l’Insee après le déconfinement

La dette des administrations de sécurité sociale (Acoss, Cades, Unédic, hôpitaux et CNAF), qui ont financé l’essentiel des mesures prises dès la mi-mars pour lutter contre les conséquences économiques de l’épidémie de Covid-19, est ainsi en hausse de 8,7 milliards d’euros.

Cet accroissement de l’endettement des administrations de sécurité sociale « contraste avec les réductions de dette des deux dernières années à la même époque (– 1,2 milliard d’euros au premier trimestre 2019 et – 11,2 milliards au premier trimestre 2018) », rappelle l’Insee.

Lire aussi Activité, déficit, confiance… Le point en graphiques sur la crise actuelle et celle à venir

Une dette attendue à près de 121 % cette année

La dette de l’Etat a pour sa part progressé de 46,4 milliards d’euros, provenant « principalement de la dette négociable à long terme », tandis que les administrations publiques locales ont vu leur dette augmenter de 3,3 milliards d’euros, « notamment du fait de la Société du Grand Paris (+ 2,5 milliards d’euros) », explique l’Insee.

Récemment, la dette publique avait déjà dépassé par trois fois le PIB : au troisième trimestre 2019, et en 2017, après intégration de la dette de la SNCF, où elle avait atteint 100,7 % au premier trimestre et 100,9 % au deuxième trimestre.

Fin 2019, la dette publique avait atteint 98,1 %, et du fait de la crise, le gouvernement s’attend à ce qu’elle grimpe à 120,9 % du PIB cette année.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « L’idée, c’est que l’échange ne dégénère pas » : le plan de relance au menu d’un Conseil européen

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page