People

Claude (Koh-Lanta) “à l’abri du besoin” : son salaire multiplié par 12 !


Pour la troisième fois, la victoire est passée sous le nez de Claude dans Koh-Lanta, l’île des héros. Déjà finaliste en 2010 puis en 2012, l’aventurier a toutefois gagné le coeur des téléspectateurs de TF1. Pour Voici, il évoque sa vie loin des caméras et se livre notamment sur son métier, chauffeur de maître.

Plus jeune, Claude a fait une école hôtelière avant de se rediriger vers une formation pour intégrer l’armée de l’air. “Je voulais faire les commandos parachutistes, être chuteur opérationnel, sauter de 8000 mètres avec un masque à oxygène“, confie-t-il. Un rêve qu’il a abandonné car “impatient” face à une formation “trop longue à [son] goût“. Finalement, l’aventurier a travaillé dans la restauration. Et c’est là que s’est présentée une belle opportunité. “Par hasard, des clients d’un restaurant où je travaillais m’ont proposé de devenir chauffeur pour des personnalités étrangères“, raconte-t-il. Une nouvelle opportunité qui lui a permis de gagner le jackpot ! “En quinze jours, je faisais mon salaire de six mois en restauration“, a poursuivi l’heureux papa d’Andrea (5 ans) et Marceau (4 mois et demi). C’est ainsi qu’il a, en très peu de temps, multiplié son salaire par douze, rien que ça !

Si l’identité de son employeur actuel reste secrète, Claude lui doit beaucoup. “C’est quelqu’un d’extraordinaire, ça fait huit ans que je travaille pour lui à l’année, et pour rien au monde je ne voudrais changer“, a déclaré le finaliste de Koh-Lanta, l’île des héros. Plus encore, à la question de savoir s’il était prêt, maintenant qu’il est connu à travers la France, à quitter son employeur, Claude est catégorique : “C’est lui qui m’a mis à l’abri du besoin avant tout le monde et je suis quelqu’un de fidèle.

À trois reprises, Claude est passé à rien des 100 000 euros offerts au vainqueur de Koh-Lanta. Mais visiblement, il a gagné bien plus que 300 000 euros : il a l’amour du public et un boulot en or, semble-t-il.

Une interview à retrouver en intégralité dans le magazine Voici, en kiosques ce vendredi 19 juin 2020.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page