Technologie

l’ultraportable efficace et abordable… qui manque un peu de souffle

Voici venir le dernier des trois nouveaux MateBook cru 2020 de Huawei. Après le MateBook D 14 2020, un 14 pouces très abordable et le prestigieux MateBook X Pro 2020, c’est au tour du MateBook 13 « classique » de passer entre nos mains. C’est un ultraportable au format 13,3 pouces qui se positionne comme challenger sur le marché des PC nomades vendus plus de 1000 euros. Mais sa cible à abattre n’est pas un HP, ni même un Dell. Non, c’est un ordinateur Apple ! Le MacBook Air 2020 pour être précis. Les porte-parole de la marque ne s’en cachent pas, bien au contraire. Ils opposent leur poulain au plus abordable des MacBook équipé en Core i7 et avec la même quantité de mémoire (LPDDR4x) et de SSD. Un ordinateur qui coûte au bas mot 1830 euros… soit 530 euros de plus que la version la mieux équipée de l’ultraportable de Huawei.

Le MateBook 13 2020 se décline en effet en deux configurations et dans une seule couleur en France (le gris). La première version, celle que nous testons, est positionnée à 1300 euros environ. Elle embarque un écran tactile, un Core i7, 16 Go de mémoire (LPDDR3), une GeForce MX250 et 512 Go de SSD.
La seconde, moins puissante sera, elle, affichée au prix de 1050 euros et embarquera un Core i5, 8 Go de mémoire, la MX250, un écran non-tactile (mais brillant) et toujours autant de SSD dans ses entrailles.

Huawei MateBook 13 2020

Nous mettons enfin les mains sur celui qui constitue l’entre-deux dans la famille MateBook. L’édition 2020 conserve le design de 2019, qui semble avoir pleinement satisfait les utilisateurs.

La finition en alliage d’aluminium est, reconnaissons-le, de bonne facture. En main, l’impression de solidité qui se dégage de la machine inspire confiance. Le poids de 1,33 kilo est tout à fait convenable et son épaisseur atteint pile 1,8 cm au plus haut. Pourquoi changer alors qu’on est dans les standards de marché ? Eh bien…

Pour étoffer la connectique, par exemple ! Les deux autres MateBook étaient plutôt bien pourvus en la matière et surtout, avec une offre diversifiée. Ici, Huawei s’inspire d’Apple en misant uniquement sur une prise USB Type-C de chaque côté (seule celle de gauche sert à recharger la batterie) et une prise jack. Point. Heureusement, dans le carton se trouve un adaptateur USB-C vers USB 3.0 pour qu’on puisse continuer à brancher des clés USB à la machine. 

Huawei MateBook 13 2020

Le Wi-Fi ac, le Bluetooth 5 et la technologie Huawei Share sont de la partie. Les deux premiers, pour les connexions à la Toile et aux appareils compatibles et la troisième, pour piloter un smartphone Huawei ou Honor (uniquement) depuis l’écran de la machine, répondre à des appels, saisir des mails ou des SMS voire glisser-déposer des fichiers d’un appareil à l’autre.

Comme sur les autres MateBook, le clavier opte pour un toucher « à la Apple ». Silencieux, réactif et rétroéclairé, il convient aussi bien pour la saisie de longs documents que pour la frappe plus… occasionnelle. Nous l’avons trouvé un peu moins ferme que celui du D 14. Le touchpad, à l’inverse, est bien rigide comme on les aime, les clics sont francs et clairs, et pas la peine de s’y reprendre à deux fois pour que les gestes multi-doigts soient correctement reconnus.

Pas de webcam cachée entre la touche F6 et F7 sur ce MateBook 13. Non, le petit module est à sa place habituelle, en haut de la dalle 13 pouces. Très classique.

Huawei MateBook 13 2020

Le bouton de mise sous tension fait office de lecteur d’empreintes digitales pour sécuriser l’ouverture des sessions Windows 10. Un équipement qui se standardise chez tous les constructeurs, aussi bien américains qu’asiatiques pour le plus grand plaisir des utilisateurs qui se servent de leurs machines pour héberger des documents sensibles.

Huawei MateBook 13 2020

Des pixels en pagaille dont la prestation déçoit

Le MateBook 13 fait le choix de la dalle brillante, tactile, à bords minces mais pas ultras fins. À l’inverse de son grand frère, il n’est pas équipé d’un écran de type LTPS mais d’un IPS classique. La qualité d’affichage globale n’est donc pas tout à fait la même et, sur le plan technique, ce n’est pas non plus une réussite mais nous allons y revenir. Avant cela, précisons que le MateBook 13 et le X Pro ont en un point commun : une vitre brillante ! Elle attrape tous les reflets (et les traces de doigts) à la perfection, un véritable aimant. De quoi vous dissuader de l’utiliser en extérieur, dans un lieu ensoleillé par exemple.

Bon point, car il y en a, le format 3:2 de l’écran permet à Huawei d’ajouter des pixels et de passer du Full HD classique à du 1440p exotique (2160 par 1440 pixels). Avoir une définition un peu plus grande et qui reste exploitable sur une diagonale de 13 pouces est appréciable. Nous ne sommes pas obligés de grossir l’interface de Windows à 150% pour lire les noms des icônes du Bureau.

Huawei MateBook 13 2020

Comme le montre le graphique ci-dessous, le MateBook 13 2020 (en bleu) n’a clairement pas la même qualité d’écran que son grand frère, le X Pro (en turquoise). Il parvient toutefois à obtenir les mêmes moyennes maximales de luminosité et de contraste (luminosité de 396 cd/m² pour un contraste de 1047:1) que son ennemi désigné, le MacBook Air 2020 (en jaune). C’est tout à son honneur… mais, il n’y a pas de quoi s’en réjouir. La prestation n’est pas du tout satisfaisante pour de telles machines nomades. Cependant, la machine d’Apple a un as de taille dans sa manche, que notre MateBook n’a pas : la fidélité des couleurs.

Huawei MateBook 13 2020

Voir le graphique en plein écran sur Flourish

La machine Apple reste l’une des meilleures du marché en la matière avec un Delta E mesuré à 0,77. La machine chinoise, elle, culmine à plus de 3,8. C’est le drame. Même en essayant de corriger le tir avec l’outil logiciel préinstallé par Huawei et qui permet de faire varier les profils de rendus, nous ne sommes pas arrivés à revenir à des valeurs convenables. Pour la retouche photo de qualité et de précision, c’est raté !

MateBook 13 : la puissance a un prix

Nous le disions en introduction, si Huawei n’a pas changé la belle enveloppe de sa machine par rapport à l’année dernière, il en a toutefois fait légèrement évoluer le contenu pour 2020. Le constructeur chinois a en fait enfermé les mêmes composants dans ce 13 pouces que dans le MateBook X Pro. Il n’y a que la quantité de SSD qui diffère : 512 Go ici contre 1 To sur le Pro. Précisons  que le SSD est accessible et qu’il sera possible de le troquer contre un modèle plus gros dans le futur, au besoin.

Et, comme sur le X Pro, le Core i7-10501U turbine à une fréquence supérieure (mais proposée par Intel) de 2,3 GHz contre 1,8 GHz en temps normal. Et du côté du GPU, c’est la version en 25 watts de la MX250 de Nvidia qui est à la barre et non le modèle en 10 watts.

Huawei MateBook 13 2020

Voir le graphique Flourish en plein écran

Pour les applications du quotidien, le MateBook 13 joue parfaitement ses gammes. En témoignent nos tests menés sur PC Mark 10, le MateBook 13 2020 (en bleu) fait jeu égal ou presque avec son homologue haut de gamme. Les différences de résultats incombent à une mise à jour du logiciel de Futuremark, intervenue entre les tests des deux MateBook.

Huawei gagne son pari ici, en battant à plate couture son ennemi juré, le MacBook Air 2020. Et même le meilleur des PC ultraportables haut de gamme actuels, le Dell XPS 13 2020. La carte graphique Nvidia y est pour beaucoup, ne vous y trompez pas. Elle est évidemment bien plus à l’aise que les contrôleurs graphiques intégrés des processeurs lorsqu’il s’agit d’effectuer certaines épreuves imposées par le logiciel de test.

Huawei MateBook 13 2020

Toutefois, si vous commencez à le pousser dans ses retranchements, sa riposte est immédiate. Un jeu( cet ultraporatble n’est pas fait pour ça) ou un gros encodage bien lourd et la configuration hisse le drapeau blanc. Sous la pression, le processeur Intel chauffe et abaisse ses fréquences pour ne pas attraper un coup de chaud.

Chauffe et bruit : tout ce qu’on déteste !

Sur un test de stress durant 15 minutes, il ne faut qu’une minute au Core i7 pour passer de 2,3 GHz à 1,5 GHz puis, ensuite, faire varier sa vitesse entre 1,1 et 1,5 GHz. Côté GPU, la MX250 tient bon un peu plus longtemps. Avant de réduire la voilure, elle aussi, pour turbiner à quelques centaines de mégahertz de moins que la normale.

Et les deux petits ventilateurs donnent de la voix : 44,6 dB au maximum relevés. Autant vous dire que pour la discrétion, c’est loupé. Le dégagement de chaleur est à la hauteur avec des points chauds à 46,5°C relevés sous la machine et 45,1°C sur le haut du clavier, au niveau des touches F1 à F12. De part et d’autre du touchpad, le mercure oscille entre 34,7 et 35,2°C, autant dire que vous aurez les mains au chaud cet hiver. Pour indication, la température ambiante de la pièce était à 24,5°C.

Face à l’Air 2020, le MateBook 13 2020 manque de souffle

N’y allons pas par quatre chemins. En endurance, le MateBook 13 est à la traîne par rapport à ses concurrents. Il a bien du mal à tenir la longueur quand il s’agit de travailler des heures sur batterie. Le graphique le montre bien : c’est celui qui enregistre les scores les plus bas.

Huawei MateBook 13 2020

Voir le graphique en plein écran sur Flourish

Il tient un peu plus de 7 heures en utilisation polyvalente, 5 h 30 en lecture vidéo. Pas de quoi pavoiser. L’Air 2020 lui met plus de deux heures dans la vue systématiquement, quels que soient les scénarios d’utilisation. Soulignons toutefois que la recharge de la batterie est très rapide. Le MateBook 13 est chargé à 50% en 31 min et opérationnel en moins de deux heures (machine éteinte complètement).




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page