Technologie

son superbe écran peine à faire oublier un rapport qualité-prix décevant 

Dans l’ombre du Mi 10 Pro commercialisé 999 euros, Xiaomi propose aussi le Mi 10 à 799 euros. Plus cher que son prédécesseur, le Mi 9, lancé à 499 euros l’an passé, ce smartphone est une victime directe du funambulisme du constructeur chinois. Pour justifier son prix élevé mais inférieur à celui du Mi 10 Pro, le Mi 10 doit être bon… sans l’être trop. Face à des produits concurrents comme ceux de Realme ou Pocophone (qui appartient à Xiaomi), le Mi 10 se prête donc à un exercice périlleux. Nous l’avons testé pendant une longue semaine.

Un design en verre… plus vraiment dans l’air du temps

Rien ne distingue au premier coup d’oeil un Mi 10 d’un Mi 10 Pro. Ces smartphones arborent tous les deux de splendides écrans incurvés 90 Hz de 6,67 pouces, dissimulent leur caméra frontale dans un poinçon, font le même poids (208 grammes) et regroupent leurs quatre appareils photo dans un module caméra disposé à la verticale. Il y a néanmoins une différence impossible à rater entre ces deux modèles : leur dos. Là où le Mi 10 Pro a le droit à un verre mate, original, moderne et anti-traces de doigt, le Mi 10 doit composer avec un revêtement en verre brillant ultra salissant. Ce design appartient plus à la tendance 2018 que 2020, ce qui est assez décevant. En main, la sensation est aussi moins agréable, le Mi 10 Pro nous renvoie un sensation bien plus haut de gamme.

De technologie OLED, l’écran du Mi 10 atteint une luminosité maximale de 819 cd/m2 selon les mesures de notre laboratoire. C’est un peu moins que les impressionnants 895 cd/m2 du Mi 10 Pro mais c’est tout de même largement supérieur à ce que proposent beaucoup de smartphones concurrents. Xiaomi a vraiment fait le choix de la qualité ce qui, pour les yeux, est un pur bonheur. Dommage qu’une fois encore, Xiaomi fasse le choix de couleurs par défaut qui manquent de fidélité. A moins de se plonger dans les réglages d’affichage pour obtenir des couleurs plus justes, notre laboratoire a mesuré un Delta E de 3,8, ce qui n’a rien d’impressionnant (plus ce chiffre est petit, plus les teintes affichées sont conformes à la réalité). En optant pour l’affichage « couleurs originales chaudes », son nom n’est pas le plus facile à trouver on vous l’accorde, on obtient un Delta E de 2,23. C’est déjà un peu mieux. 

Batterie : plus grosse capacité, moins bonne autonomie

Parfois, il y a des mystères que nous n’expliquons pas. Le Mi 10 embarque une batterie d’une capacité de 4780 mAh, ce qui est plus que les 4500 mAh du Mi 10 Pro. Pourtant, à notre grande surprise, le Mi 10 classique s’en est moins bien sorti que le Mi 10 Pro à notre test d’autonomie polyvalente. Dans des conditions identiques, le smartphone s’est éteint au bout de 15h39 contre 16h52 pour son grand frère. Soyons clairs, dans les deux cas, ces résultats sont excellents. Nous nous amusons juste d’une telle différence, sûrement causée par des soucis d’optimisation logicielle. Peu de smartphones 5G haut de gamme font aussi bien. D’ailleurs, le Mi 9 de l’an passé, seulement 4G, s’en était moins bien sorti, avec une autonomie de 13h34.

Autre élément de distinction, le Mi 10 se contente d’une recharge rapide 30W alors que le Mi 10 Pro monte à 50W. Il lui faut donc 57 minutes pour se recharger intégralement selon les mesures de notre laboratoire. C’est remarquable sans être incroyable. 

Des caractéristiques haut de gamme

Avec son processeur Snapdragon 865 et ses 8 Go de RAM, le Xiaomi Mi 10 n’a pas grand-chose à envier aux autres mobiles haut de gamme. Pour le coup, il est difficile de faire mieux. Le smartphone est compatible 5G, Wi-Fi 6, embarque des haut-parleurs stéréo, dispose d’un moteur de retours haptiques… Tout a bien été pensé pour le plus grand confort de l’utilisateur. À part l’étanchéité et un emplacement double SIM, il ne lui manque rien. On ne peut reprocher à Xiaomi que quelques étranges choix logiciels comme la pré-installation de dizaines d’applications dont des jeux destinés aux enfants. À 799 euros, le client serait, selon nous, en droit d’avoir un smartphone sans pub.

Photo : la talon d’achille du Mi 10

Malheureusement, pour vous donner envie d’acheter un Mi 10 Pro plutôt qu’un Mi 10, Xiaomi a décidé de faire quelques sacrifices au niveau de la partie photo. C’est dans ce domaine que le mobile nous déçoit le plus. Comment expliquer que sur ses quatre appareils photo, le Mi 10 en embarque deux quasiment inutiles (un capteur de profondeur et un module dédié à la prise de photos macro) ? Cette pratique relève plutôt de l’entrée de gamme, avec des mobiles vendus aux alentours des 200 euros et n’a pas sa place dans un mobile haut de gamme. D’ailleurs, le Mi 10 ne bénéficie pas d’un zoom optique alors que le Mi 9 de l’an passé, vendu bien moins cher, en avait un. On est face à un drôle de paradoxe, Xiaomi fait ici marche arrière pour rendre sa nouvelle gamme plus cohérente. Un parti pris très agaçant.

Ainsi, le Mi 10 n’a droit qu’à deux appareils photo vraiment utiles. Le premier est rattaché à un capteur de 108 Mpix (l’ISOCELL Bright HMX de Samsung) et le second est un ultra grand-angle (lié à un capteur de 13 Mpix). Si ce dernier réussit sa tâche avec brio, nous sommes assez déçus par le capteur principal. Comme avec tous les capteurs de 108 Mpix jusqu’à aujourd’hui, on remarque quelques problèmes de lissage et des difficultés la nuit. Bref, pour la photo, le Mi 10 n’est pas le champion que nous espérions, même si la qualité reste de mise pour la plupart des prises de vue.

Sans téléobjectif, le Mi 10 mise sur son capteur de 108 Mpix pour prendre des photos à l’aide d’un zoom numérique. La qualité reste globalement satisfaisante mais nous aurions préféré un vrai téléobjectif. 




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page