Sports

Aulas, la comparaison qui aggrave son cas

Vent debout contre la  Ligue, Jean-Michel Aulas a provoqué l’indignation des internautes après une comparaison malheureuse.

Jean-Michel Aulas ne désarme pas. Malgré la fin de non-recevoir opposée par le gouvernement comme par la Ligue, le président lyonnais espère toujours voir la saison reprendre. «Il n’est pas dit que l’on ne va pas reprendre après le 22 juin. J’ai même compris que, sauf évolution négative, on a une chance de pouvoir rejouer à huis clos, peut-être même jusqu’à 5000 personnes dès le mois de juillet», a-t-il ainsi encore affirmé, dimanche, sur le plateau du Canal Football Club.

Particulièrement présent dans les médias, le président lyonnais est évidemment tout aussi actif sur Twitter. Le boss de l’Olympique Lyonnais s’est d’ailleurs fendu de plusieurs messages durant le week-end, s’attirant les foudres de nombreux internautes. La faute à une analogie pour le moins malvenue.

La réponse de la députée

«Comment imaginer que cette manifestation d’aujourd’hui à Maubeuge est moins dangereuse que la reprise des matchs de foot et la reprise du championnat de football», a-t-il en effet écrit pour accompagner une photo d’un rassemblement de plusieurs milliers de personnes à Maubeuge venues manifester pour s’opposer au plan d’économies de Renault et notamment au transfert de la chaîne d’assemblage des Kangoo vers Douai.

Un message accompagné d’un hashtag Ridicule qui a provoqué l’indignation de nombreux internautes. Et pas seulement. La députée LREM de Maubeuge, Anne-Laure Cattelot, n’a ainsi pas manqué de réagir, considérant que Jean-Michel Aulas avait «touché le fond« , «Les habitants de Maubeuge et des alentours auraient préféré rester chez eux… C’est par sens du devoir et respect des travailleurs qu’ils sont dans la rue», a-t-elle ajouté.

Lire aussi:
Aulas a cru avoir du soutien…
Aulas: « Nous serons en coupe d’Europe la saison prochaine »
Aulas souhaite écarter l’OM du débat




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page