People

Elsa Lunghini (Parole contre parole) : Qui sont les hommes de sa vie ?


Avec Bixente, “l’amour dure sept ans”

En 1999, alors que son histoire avec Peter Kröner vient de s’achever, Elsa Lunghini fait la connaissance du footballeur Bixente Lizarazu lors du rendez-vous des Enfoirés au profit des Restos du coeur. “Je ne savais absolument pas qui c’était, quand il est arrivé. Ça a été un vrai coup de foudre. J’avais suivi la Coupe du monde 1998 de très loin, je ne l’avais jamais vu jouer, et je m’en foutais un peu !“, se remémorera-t-elle des années plus tard, en 2015, pour le magazine Doolittle. Ensemble, ces deux grands réservés vivent une discrète mais solide romance, durant sept années, de 1999 à 2006. Une belle histoire qui a pris fin sans drame, malgré ce qu’une certaine presse a voulu faire croire. “On a écrit que je vivais mal la rupture, que j’ai pleuré à cause de Bixente. C’est faux ! La rupture a été totalement digérée, sans drame, des deux côtés“, rectifiait-elle en 2010 auprès de TV Mag après des commentaires erronés suscités par une crise de larmes survenue sur le plateau de Catherine Ceylac (Thé ou Café) en écoutant La Chanson des vieux amants de Brel. Tellement bien digérée que reparler de leur histoire ne présente pas le moindre souci : “Cela ne m’agace pas. Ça fait partie de ma vie : sept années très intenses et importantes pour moi. J’en parle sans problème.

Elsa et Aurélien Cheval, les amoureux baroudeurs

En 2011, on la dit brièvement en couple avec l’acteur Franck Jolly, vu dans Sous le soleil et Central nuit, qui fait moins de secret qu’elle de leur relation. Laquelle ne fait pas long feu. Avec Aurélien Cheval, en revanche, elle entame une longue route à deux…

Mariés en 2013, Elsa et Aurélien, décorateur dans le cinéma et la pub, partagent une passion pour la photographie : “J’ai toujours eu envie d’en faire, sans vraiment oser franchir le pas. Et j’ai rencontré un homme – qui est devenu mon mari – qui travaille dans l’image depuis très longtemps. Il m’a offert mon premier appareil photo, et j’ai été obligée de m’y mettre“, relatait la nièce de Marlène Jobert et cousine d’Eva Green lors de son entretien avec le magazine Doolittle. Une passion à laquelle le couple a pu s’adonner à loisir en entreprenant, en 2015, un tour du monde dans un camion spécialement aménagé. Le voyage devient au fil des kilomètres un projet artistique baptisé Vanishing points (qui donnera lieu à une exposition à la fin de la même année) et même… un mode de vie. “Avec mon mari, on a un poids lourd, un quinze tonnes aménagé avec lequel on parcourt le monde. Il avait déjà ce projet quand on s’est rencontrés, et moi j’avais très envie aussi d’une vie libre comme ça. Alors dès qu’on ne travaille pas ni l’un ni l’autre, on part. On ne pense qu’à ça. Et on fait du son, de l’image, de la vidéo…“, confiait encore en 2018 Elsa Lunghini à Gala.

De l’image, il y en a d’ailleurs plein son compte Instagram, qui documente non sans un certain esthétisme toutes ces pérégrinations. Tout ce qu’il manque, en fin de compte, ce sont des images d’eux…


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page